Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au mois de novembre,
il ne faut pas sortir après 18 h, disent les gramounes.

 

C'est une tradition à la Réunion de consacrer le mois de novembre à la prière pour les défunts. C'est aussi le mois des âmes, et de nombreuses superstitions peuplent encore les esprits de certains.

 

Par exemple, il faut éviter de sortir après 18 heures, il ne faut aller danser, ou même se marier au mois de novembre. Si certains disent que c'est par respect pour les défunts, d'autres avancent que cela porte malheur.
Toujours après 18 heures, il faut aussi éviter les lieux saints. On raconte que les âmes des morts quittent les cimetières pour y prier. Certains disent avoir entendu des chants provenir des églises fermées, des murmures, des prières...

 

Les astuces pour chasser les zavents.

Si vous croisez malgrè tout une mauvaise âme, voilà les conseils des anciens pour les chasser. Ils recommandent de jeter du sel derrière son dos, pour éviter que les mauvais esprits n'avancent. À défaut d'avoir du sel sur sois, on peut toujours dessiner une croix au sol avec le pied gauche (ouf). Ou encore se signer plusieurs fois si l'on croise un chat ou chien noir.

 

Même si certains curés tentent de dissiper ses croyances, elles restent présentes dans les esprits. Et si les jeunes préfèrent ranger ses superstitions au placard, l'on constate tout de même qu'au mois de novembre, à la Réunion, les boîtes de nuit sont moins prisées que d'habitude... Et toi, tu sors en novembre ?

 

Halloween

Ces croyances ne sont pas sans rappeler celle d'Halloween, une fête célébrée depuis longtemps de par le monde, connue sous divers noms et différentes formes, bien avant d'être américanisée.

En effet, en Irlande, par exemple, Halloween était connue sous le nom Gaélique "Oíche Shamhna" (la nuit de la fin de l'été). Les enfants et adultes avaient déjà pour habitude de se déguiser en créatures maléfiques.
En France, jusqu' à la moitié du vingtième siècle, la veille de la Toussaints, les enfants sculptaient des têtes grimaçantes dans les betteraves, légumes dont la récolte marque la fin des travaux des champs. Éclairées par la lueur d'une bougie, ces têtes étaient déposées sur les rebords de fenêtres, les puits, les murs des cimentières pour effrayer les passants.

 

Il est quand même étrange de constater que les gens se déguisent en fantômes, monstres et mauvais esprits le soir d'Halloween pour hanter nos rues... Y aurait-il du vrai la dedans ?

En tous cas, depuis la nuit des temps, le mois de novembre alimente de nombreuses légendes...

 

 

Cimetière Marin Saint-Paul

Cimetière Marin Saint-Paul

Découvrez l'article sur Sitarane, le vampire de la Réunion.

Tag(s) : #Culture, #halloween